Prothèse uni-compartimentale (partielle)

Dans quels cas peut-on mettre une prothèse unicompartimentale du genou ?

D’une manière générale la prothèse ne s’envisage qu’après échec du traitement médical (repos, rééducation, antalgique, infiltration). Lorsque l’arthrose est isolée et qu’elle ne touche qu’un seul compartiment du genou on peut envisager la prothèse partielle ou unicompartimentale (Fig1). Comme on ne change qu’une partie du genou les autres doivent être fonctionnelles.

Plusieurs conditions doivent donc être réunies :

  • Une usure d’un seul compartiment du genou accompagnée d’une douleur localisée à ce compartiment
  • Le ligament croisé antérieur (LCA) doit être intact. Un antécédent de rupture du LCA est une contre-indication formelle à cette prothèse.
  • Une arthrite
  • Une déformation trop importante du genou (varus ou valgus excessif de plus de 10°)
  • L’impossibilité de tendre la jambe (flessum)
  • Un os jugé trop fragile et/ou une obésité majorent le risque de fracture
Fig1. - prothèse partielle ou unicompartimentale
Fig1. - prothèse partielle ou unicompartimentale
Fig1. - prothèse partielle ou unicompartimentale

Comment se passe l’intervention ?

La prothèse uni-compartimentale de genou est une opération qui consiste à remplacer la partie usée du cartilage de l’articulation du genou par des implants prothétiques.

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale ou loco-régionale. Elle dure environ 1 heure.

L’incision est pratiquée en avant du genou. Elle peut être décalée en dehors ou en dedans en fonction de la partie du genou touchée par l’arthrose. L’articulation est ouverte. Les surfaces articulaires sont recoupées (fémur, tibia et parfois rotule) à l’aide d’une instrumentation chirurgicale spécifique.

La prothèse peut être « collée » par du ciment (prothèse cimentée) ou revêtue d’os artificiel pour que l’os repousse directement sur la prothèse (prothèse sans ciment). Le reste du genou où il n’y a pas d’arthrose est respecté. Il s’agit de remplacer l’usure uniquement, comme si l’on mettait une cale (Fig 2). Le but n’est dans de mettre la jambe droite (ou « axé » comme dans une prothèse totale du genou).

A la fin de l’opération, un anesthésique local est injecté afin de diminuer les douleurs post-opératoires.

Fig2. - radiographie de prothèse unicompartimentale
Fig2. - radiographie de prothèse unicompartimentale

Quels sont les avantages d’une prothèse unicompartimentale ?

La prothèse partielle ne remplace que le compartiment usé, laisse les ligaments intra articulaire intact et permet donc d’avoir un genou beaucoup physiologique, naturel qu’avec une prothèse totale de genou. Les résultats sont meilleurs notamment sur la mobilité et la reprise des activités quotidiennes, qu’avec une prothèse totale de genou.

Les patients bénéficiant d’une prothèse partielle du genou sont plus à même d’oublier leur genou artificiel dans la vie de tous les jours. A un an de l’intervention, le taux de patients satisfaits et très satisfaits est de plus de 90%.

Cependant la durée de vie des prothèses partielles du genou, quand elles sont posées de manière classique, reste inférieure à celle des prothèses totales de genou. En cas d’usure d’un autre compartiment ou de la prothèse elle-même, il reste la possibilité de remplacer la prothèse unicompartimentale par une prothèse totale du genou.

Quelles sont les suites ?

Les chirurgiens de l’équipe UCORS sont très impliqués dans les protocoles de Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC). Cela comprend un parcours d’information des patients, des techniques de chirurgie mini invasive et d’anesthésies locales, des protocoles de rééducation rapide après chirurgie dans notre service dédié.

Le patient pourra être mis au fauteuil et levé, avec le kinésithérapeute du service, le soir même de l’intervention . La douche sera prise le lendemain. La marche avec cannes dans le couloir aura lieu le lendemain de l’intervention.

La durée de séjour en clinique est réduite : la sortie s’effectue habituellement entre le 2ème et 5ème jour post opératoire. Dans la majorité des cas, le retour se fait à domicile, permettant un retour plus rapide aux activités. Des séances d’aide à la marche avec un kinésithérapeute vous seront prescrites à domicile pendant ces premières semaines. Les cannes seront lâchées à volonté selon votre aisance à la marche.

La mise en place d’une prothèse de genou nécessite une participation importante du patient pour récupérer une bonne mobilité articulaire, synonyme de bon résultat. La rééducation se fera chez un kinésithérapeute, mais le genou devra être travaillé personnellement de façon pluri quotidienne en flexion, extension et contraction musculaire.

À 3 mois post-opératoire, la marche sur terrain plat type marche nordique et le golf pourront être repris selon la récupération. Secondairement, d’autres activités physiques, (tennis, ski) non violent évitant les chocs et l’accroupissement pourront être repris selon accord de votre chirurgien.